Le Domaine

Le Domaine, la famille

La constitution du domaine Galus a été réalisée à partir de petites parcelles (de 15 ares à quelques 3 ou 4 hectares par unité) réparties dans différentes communes aux environs proches du groupe de bâtiments de la propriété. Un ensemble représenté principalement par le caveau et ses dépendances, accolés au domicile de Fanette et Jean-Baptiste. Le nom a été réfléchi pour illustrer un terroir original dans une région marquée par son histoire. Galus est la contraction de « Gallus », par suppression d’un « l », qui est le mot latin désignant le coq et aussi un célèbre nom propre romain — la « romanité » est une réalité gardoise reconnue. Contraction se rapprochant du mot « galet », nos fameuses pierres roulées du terroir local. L’effet obtenu fait donc référence aux deux thèmes ; romanité et terroir. Pour appuyer l’idée, le « u » devient « v » — à la romaine — et le coq est choisi comme emblème.

Le grand défi pour nos jeunes vignerons a été, il y a bientôt vingt ans, d’acquérir puis d’améliorer au fil des années des vignes trentenaires conduites par différents prédécesseurs en culture traditionnelle. Bien entendu, il fallait respecter les cépages régionaux installés, Syrah Grenache en large majorité, et permettre aux différents lopins de muter qualitativement par la conduite en agriculture biologique. Une mutation d’évidence pour nos jeunes propriétaires.

Au fur et à mesure, parcelle après parcelle, toute l’exploitation a basculé en culture biologique. C’est devenu enfin effectif sur la totalité du domaine depuis 2009. L’effort qualitatif est important et coûteux. En effet, il faut au minimum trois  exercices pour passer d’une conduite en culture traditionnelle à biologique. Durant ce laps de temps, la production chute systématiquement puisque les racines — sectionnées par le récent labour — doivent cheminer plus en profondeur afin d’y retrouver les éléments vitaux pour nourrir la vigne. Fini l’engrais chimique, terminé l’épandage d’herbicides, n’est utilisé que le labour et… beaucoup d’amour patient.

Parcelle de vigne par parcelle de vigne, le domaine se structure et se bonifie. À chaque vendange, l’amélioration est mesurable. Le jus du raisin se fait image de son terroir. De grands vins se préparent.

La vie est agréable dans le Gard. La nature est belle. Cette vie palpite, veut plus. Des enfants naissent. Lina et Salomé. Les deux filles du couple inspirent nos vignerons pour baptiser de ces beaux prénoms leurs premières cuvées maîtrisées.

Les commentaires sont fermés.